Histoires de patientes

en photos

La réduction mammaire

Clara : réduction mammaire

Ses seins ont commencé à poindre en CM2 et quand Clara vient me voir à 17 ans,

elle souffre de leur lourdeur, elle souffre tout court.

Sa maman, elle et moi discutons longuement. Elle est encore mineure, nous avons le temps d’aborder tranquillement tous les aspects de son choix et de mon travail.

Nous choisissons de programmer l’intervention tant attendue à la fin de la classe de première,

juste avant les vacances et l’année du Bac. Et sans manquer l’école !

Sarah : réduction mammaire

Des seins, pour être jolis et bien portés, doivent être proportionnés jusque dans tous les petits détails. Pour bien avoir tous ces éléments en tête, je laisse les épaules et le bassin de ma patiente, que j’opère semi-assise, bras le long du corps, dans le champ opératoire.  Je garde sous les yeux, en permanence, la ligne et les proportions de celle qui m’a confié sa nouvelle poitrine.

Marie-Claude : réduction mammaire

Il n’y a pas d’âge pour franchir le pas. Marie-Claude y pensait depuis longtemps mais sa vie professionnelle et personnelle ne lui avait pas donné le temps de penser à elle.

À 55 ans c’était enfin le bon moment.

Cécile : réduction mammaire

A chacune de ses deux grossesses, Cécile, cette jeune maman a pris deux tailles de bonnet.

La réduction mammaire lui devenait indispensable.

Annie : réduction mammaire

Après des années de réflexion, Annie, cette femme de 56 ans a forgé sa conviction

et souhaité une importante réduction mammaire.

Clémence : réduction mammaire

Moi, son chirurgien, j’aurais bien aimé faire une petite retouche pour mieux symétriser son aréole gauche. Le défaut qui agace le chirurgien pointilleux n’est pas vécu de la même façon par la patiente : Clémence, qui trouve tout ça très bien, n’a pas souhaité donner suite !

Aline : réduction mammaire

Trop lourds, affaissés, Aline a souhaité que je « reprenne » ses seins sans altérer

sa silhouette et ses formes.

Sylvie : réduction mammaire

La correction de la ptose donne un vrai coup de jeune à la silhouette de Sylvie,

et la posture. Ici, les cicatrices sont encore rouges car l’opération ne date que de 15 jours.

Les patientes vont si bien qu’elles ne trouvent pas le temps de revenir me montrer leurs seins avant la visite anniversaire. Leurs cicatrices ont alors bien blanchi.

Nathalie : réduction mammaire

Volume, poids, forme… l’opération est vécue comme une véritable restitution,

une réappropriation du corps pour Nathalie.