top of page

Histoires de patientes

en photos

Photos avant - après interventions - 4

Aurélie : reconstruction immédiate par grand dorsal

Quand Aurélie me demande un résultat le plus naturel possible avec un minimum de cicatrices, il nous faut choisir ensemble la reconstruction par lambeau de grand dorsal

et une mini prothèse.
C’est ce lambeau qui me  permets de placer la cicatrice juste autour de l’aréole et de faire

un sein plus souple avec plus de tissus de la patiente elle même.


A gauche, son sein avant mastectomie et l’hématome de la biopsie .

Catherine : reconstruction immédiate par grand dorsal

Le sein de Catherine a été déformé par la première intervention de biopsie ( photo 1 et 2 )

et nécessite une mastectomie. Nous optons, afin de respecter son décolleté et son naturel, pour une reconstruction mammaire immédiate, par lambeau de grand dorsal.

L’apport du lambeau de grand dorsal a permis d’atténuer la déformation, de ne faire qu'une cicatrice autour de l'aréole en évitant celle, plus grande et transversale dans le décolleté.

Cela permet de garder un sein souple et naturel.

La reconstruction du mamelon par greffe de mamelon et tatouage de l’aréole

a finalisé sa reconstruction.

Marie : reconstruction immédiate par grand dorsal

Marie connaît une récidive importante entraînant une large mastectomie.

La cicatrice est placée en plein décolleté à cause de la localisation de la récidive mais la reconstruction immédiate est possible.

Le lambeau de grand dorsal est tout à fait indiqué lorsque le chirurgien doit retirer beaucoup de tissus sur un sein qui a eu, en plus,  antérieurement, de la radiothérapie.

Le sein et le mamelon ont été déformés par la récidive.

Le grand dorsal et la greffe de mamelon permet de leur rendre justice.

Odile : retoucher ma reconstruction mammaire

Opérée une première fois, ailleurs, par prothèse simple, Odile vient me voir et me dit qu’elle dort « sur un boulet de canon ».
J’ai repris sa reconstruction par un lambeau de grand dorsal qui a apporté la peau qui manquait, de la souplesse et a rendu la prothèse plus souple.

Le grand dorsal permet de mieux placer la reconstruction dans le sillon sous-mammaire et de recréer le « tombant naturel » du sein.

Le lipomodelage n'aurait pas pu fonctionner chez elle. Sa nature trop mince et sportive aurait conduit à ce qu'elle "brûle" ses greffes graisseuses. La finesse de sa peau sur la prothèse n'aurait jamais permis un tombé naturel du sein.

Paula: retoucher ma reconstruction mammaire