Histoires de patientes

en photos

Pourquoi la technique du grand dorsal ?

Nicole : pourquoi la technique du grand dorsal ?

Chez Nicole, le muscle pectoral et la peau sont rétractés. Là encore, la reconstruction, est impossible  avec une prothèse seule. Les cellules graisseuses d’un lipomodelage ne peuvent pas lever cet obstacle rétractile puisque même en la massant, Nicole ne peut pas mobiliser la peau à cet endroit 

Mais la reconstruction devient possible grâce à la technique du grand dorsal qui apporte de la peau saine.

Pour un résultat émouvant au regard des cicatrices initiales.

Estelle : pourquoi la technique du grand dorsal ?

Estelle présente une cicatrice haute, très large et irrégulière avec une paroi très raide. Le lambeau dorsal permet toutefois de lui rendre une poitrine à la hauteur de ses rêves :

elle se mariait peu après.

On n’effacera pas sa cicatrice initiale, trop haute pour cela, mais la mariée était très jolie et portait un vrai décolleté.

Michelle : pourquoi la technique du grand dorsal ?

La première reconstruction de Michelle fut effectuée par prothèse, alors que

sa peau avait été très sclérosée et abimée  par la radiothérapie.

J’ai repris la reconstruction à l’aide de quelques lipofillings et surtout d’un lambeau de grand dorsal qui nous a donné de la peau saine et ce tombant naturel du sein.

Marielle : pourquoi la technique du grand dorsal ?

Marielle a choisi une réduction mammaire, 20 ans plus tôt.

Depuis, elle a eu un cancer du sein gauche et il a fallu le lui retirer.

La paroi est « multi-cicatricielle » et très fragile sur la bande de vascularisation. Là encore les cellules graisseuses à greffer ne peuvent pas soulever cette zone et encore moins la prothèse. On choisit de reconstruire avec la technique du grand dorsal, qui permet de retirer toute cette zone et d’apporter des tissus neufs.

Laurence : pourquoi la technique du grand dorsal ?

Geneviève connaît une récidive plus de 10 après une tumorectomie qui rétractait le quadrant inférieur de son sein et cela impose une mastectomie large. Son sein a été traité antérieurement par radiothérapie, ce qui impose une mastectomie large et, par conséquent, de sacrifier une part importante de la peau du sein. Associé à l’antériorité de la radiothérapie, ce constat impose la reconstruction par grand dorsal.

Solène : pourquoi la technique du grand dorsal ?