Histoires de patientes

en photos

La reconstruction du sein - 2

Maryvonne :  reconstruction par prothèse

Les rondeurs de Maryvonne sont très bien pour masquer la prothèse

et avoir une reconstruction naturelle. J’ai également effectué un lipomodelage pour galber le quadrant supérieur et mimer au plus près le décolleté du sein controlatéral.

Annie : reconstruction immédiate par grand dorsal

Pour Annie, jeune maman qui me demande le sein le plus naturel possible et avec le moins de cicatrice, sans toucher à son sein gauche.

Nous avons opté pour une reconstruction immédiate par grand dorsal avec une petite prothèse. Trois mois après, je «retouche» sa reconstruction, en chirurgie ambulatoire pour changer la prothèse et reconstruire le mamelon avec le greffon pris sur le mamelon gauche, qui a bien gardé son volume et son insolence.

L’aréole que j’ai tatouée mériterait désormais une petite retouche mais Annie est contente et ne veut plus revenir nous voir au bloc !

Cécile : reconstruction par prothèse

Cécile avait une peau de la paroi, sans radiothérapie.

Elle a  choisi une reconstruction par prothèse.

Un simple tatouage de l’aréole et du mamelon, c’est le choix de Cécile.

Florence : reconstruction par la technique du grand dorsal 

Florence a eu sa mammectomie avec une cicatrice transversale avec radiothérapie qui sclérose les tissus et bloque l’expansion de la peau. On ne peut pas implanter une prothèse simple, elle resterait plate sans projection . En plaçant le grand dorsal dans le hamac inférieur du sein, comme une pièce de soutien-gorge, on contourne cette impossibilité : la reconstruction devient possible.

Après avoir reconstruit le sein à l’aide du lambeau de grand dorsal, je reconstruis le mamelon par greffe de mamelon et tatouage de l’aréole.

Son sein est souple et mobile, elle peut même reprendre son habitude de ne plus mettre de soutien-gorge.

Marianne : reconstruction différée

En une seule intervention, j’ai reconstruit le sein droit de Marianne et réduit son sein gauche. 

Nous avons profité de cette reconstruction pour enlever le PAC de chimiothérapie. Marianne et son oncologue l’ont décidé pour tourner cette page difficile . Elle a choisi une reconstruction avec prothèse.

Son mamelon gauche a été reconstruit par greffe de l’hémi-mamelon droit et j’ai tatoué la nouvelle aréole.