Histoires de patientes

en photos

Valérie : reconstruction immédiate par prothèse

Le sein droit de Valérie a été reconstruit immédiatement. Elle a choisi la prothèse simple (sans lambeau de dorsal) qui impose cette cicatrice horizontale dans le décolleté.La deuxième étape a consisté à « rendre au sein son regard », en greffant le mamelon et en tatouant l’auréole.

Corinne : reconstruction immédiate par prothèse

Corinne a choisi la reconstruction immédiate par prothèse. Elle trouvait son sein gauche trop tombant et j’ai procédé à sa réduction dans le même temps. La reconstruction du mamelon et le tatouage de l’aréole sont intervenus dans un second temps.

Marie-Laure: reconstruction immédiate par prothèse

C’est immédiatement après l’ablation que Marie-Laure a souhaité que je reconstruise

son sein droit. A sa demande, j’ai en même temps augmenté le volume du gauche

pour que l’aspect « en pomme » de la prothèse de reconstruction ait son symétrique !

J’ai reconstruit son mamelon gauche en greffant la moitié du mamelon droit,

avant de tatouer l’aréole.

Florence : la reconstruction différée

Florence a eu sa mammectomie avec une cicatrice transversale avec radiothérapie qui sclérose les tissus et bloque l’expansion de la peau. On ne peut pas implanter une prothèse simple, elle resterait plate sans projection . En plaçant le grand dorsal dans le hamac inférieur du sein, comme une pièce de soutien-gorge, on contourne cette impossibilité : la reconstruction devient possible. 

Après avoir reconstruit le sein à l’aide du lambeau de grand dorsal, je reconstruis le mamelon par greffe de mamelon et tatouage de l’aréole.

Aurélie : reconstruction immédiate par grand dorsal