Histoires de patientes

en photos

Ana : la reconstruction différée

Avec une peau très souple et sans radiothérapie la reconstruction par prothèse

a été possible et jolie. Anna ne voulait pas de geste sur son sein droit.

Et nous avons du l’imiter au plus près.

Quand le mamelon et l’aréole sont reconstruits.

Ça change tout la prothèse devient sein.

Aurélie : la reconstruction différée

Aurélie avait une peau de la paroi, sans radiothérapie.

Elle a  choisi une reconstruction par prothèse.

Puis j’ai tatoué son mamelon et son aréole.

Maryvonne :  reconstruction par prothèse

Les rondeurs de Maryvonne sont très bien pour masquer la prothèse

et avoir une reconstruction naturelle. J'ai aussi fait un lipomodelage pour galber le quadrant

supérieur et mimer au plus près le décolleté du sein controlatéral.

Marianne : la reconstruction différée

En une seule intervention, j’ai reconstruit le sein droit de Marianne et réduit son sein gauche. Marianne a choisi une reconstruction avec prothèse.

Son mamelon gauche a été reconstruit par greffe de l’hémi-mamelon droit et j’ai tatoué la nouvelle aréole.

Martine : la reconstruction différée

C’est plusieurs mois après l’ablation de son sein gauche que j’ai opéré Martine. Elle a souhaité que je corrige la ptose de son sein droit et reconstruise un sein gauche sur ce nouveau modèle. Greffe de mamelon et tatouage de l’aréole ont complété cette reconstruction.

Martine sous un autre angle me permet de rappeler que les cicatrices restent roses un moment après l’intervention. Il ne faut pas s’en inquiéter : elle ont besoin de plus d’un an pour blanchir de façon satisfaisante.